samedi 23 janvier 2016

132-134 rue de Courcelles, 5-7 rue Cardinet et 103-105 rue Jouffroy (17e arrondissement), architecte Théo Petit - 1906

Encore un immeuble découvert sans m'y attendre. Cet été, j'allais à un rendez-vous et je l'ai aperçu de loin. J'y suis retournée quelques semaines plus tard -après avoir fait des recherches sur Internet et ayant plus d'informations-, pour en faire des photos.
De prime abord, j'ai été attirée par la porte d'entrée côté rue de Courcelles, notamment par la mosaïque qui la surmonte. Dans les quelques références que j'ai trouvé sur le web, elles sont, à chaque fois, attribuées à Alexandre Bigot. Pourtant, j'aurais plutôt pensé à des mosaïques de Gentil&Bourdet. Il y a souvent des confusions entre les deux, mais il me semble être maintenant assez familiarisée avec leur production respective, pour que je me pose la question. Et s'il n'y avait que ces mosaïques, je ne me la poserai peut-être pas, je dirai que c'est du G&B qui a beaucoup utilisé cette technique et fait de nombreuses œuvres avec des dorures, comme c'est le cas ici, au dessus des portes d'entrées aussi bien rue de Courcelles



que rue Jouffroy..

 

Mosaïques dorées qui se répètent sur la loggia rue de Courcelles, mais que je n'ai pas pu photographier, n'ayant pas un téléobjectif puissant sur mon appareil photo. Il est possible de les découvrir ICI


Par contre, les autres décorations céramiques me font, effectivement, plus penser à Alexandre Bigot. Notamment la présence de roses en grès dans la décoration des appuis de fenêtres et de boutons, notamment sur les dômes surmontant les tourelles d'angles, qui sont très caractéristiques de la création de ce dernier. Même si parfois, il y a de telles ressemblances entre les deux, que cela devient très troublant et difficile à différencier, comme dans ce cas.


Si le nom du et des céramistes reste un mystère, celui du sculpteur des nombreuses ornementations florales et animalières est clairement associé à celui de l'architecte, en haut des deux portes d'entrées principales: Leon Binet.





Un autre sculpteur, Henri Bouchard, ce serait lui, chargé des représentations dédiés notamment à la famille.


Cet ensemble d'immeubles, d'un architecte dont le style comporte des éléments d'un Art Nouveau déjà sur le déclin est bien plus proche d'un conformisme académique que de l'exubérance d'un Guimard ou d'un Lavirotte. Ce sont les détails céramiques et la sculpture qui le rendent intéressant, mais l'ensemble en lui même me paraît plutôt massif et rectiligne. Si ce n'est les tours d'angle et la loggia.


_________________________________________________________________

Nuevamente un edificio descubierto cuando menos me lo esperaba. Este verano, iba a una cita médica, cuando lo vi de lejos. Regresé días después, luego de haber hecho investigaciones en internet y con más informaciones, para hacer fotos.
De primera me atrajo mucho la puerta de entrada del lado de la calle de Courcelles, sobre todo por el mosaico que está encima.  En las referencias que he encontrado en Internet, estos mosaicos son atribuidos a Alexandre Bigot. Sin embargo, yo, a primera vista, hubiera dicho que son mosaicos de Gentil&Bourdet. Hay a menudo confusiones entre los dos, pero pienso estar bastante familiarizada con sus producciones respectivas, por lo tanto me hago la pregunta. S’il n’y avait que ces mosaiques, ni me haría la pregunta, diría que es G&B porque han mucho utilizado mucho el mosaico dorado como es el caso aquí. Tanto sobre las puertas de la calle de Courcelles que la de Jouffroy.
Mosaicos dorados que se repiten en la logia de la calle de Courcelles, pero no pude fotografiarla ya que no tengo el teleobjetivo para hacerlo.  Es posible verla aquí.
Sin embargo, las otras decoraciones cerámicas me hacen pensar más en Alexandre Bigot. Sobre todo por la presencia de rosas de cerámica en la decoración de las ventanas y los botones en las cúpulas de las torres de ángulo, que son características de su estilo. Pero, hay tales semejantes entre los dos que a veces es perturbador y difícil de diferenciarlos, como en este caso.
Si el nombre del o de los ceramistas queda un misterio, el del escultor de las numerosas ornamentaciones florales y animales están claramente asociadas al del escultor, arriba de las dos puertas: Leon Binet. El otro escultor, seria Henri Bouchard, encargado de las representaciones dedicadas a la familia.
Este conjunto de inmuebles, de un arquitecto cuyo estilo comporta elementos modernistas ya en decaída es más cercano de un conformismo académico que la exuberancia de un Guimard o de un Lavirotte. Son los detalles cerámicos y la escultura que lo hacen interesantes, pero de manera general, el edificio en sí, me parece macizo y rectilíneo. Salvo las torres de ángulo y la logia.

1 commentaire:

manouche a dit…

Merci de visiter pour nous le nez en l'air qui permet de repérer des merveilles.
Merci aussi pour le bilinguisme qui me permet de progresser !