dimanche 7 septembre 2014

Intérieur - 6 rue de Hanovre, Paris 2è, François-Adolphe Bocage (1908)

En décembre 2011, je publiais un article sur cet édifice, où je disais qu'il était à l'abandon. Depuis, je l'ai vu en travaux de rénovation et, maintenant il est occupé par des bureaux.

Il y a deux semaines, je suis passée devant lors d'une visite guidée et, la porte étant ouverte, je m'y suis arrêtée pour prendre cette unique photo de l'intérieur absolument magnifique. Jusque là, je n'avais pu que l'observer à travers les vitres de la porte. Il s'agit de murs complètement recouverts de céramique avec des motifs floraux et d'un bel escalier en fer forgé.


Immédiatement intimée de reculer, par un cerbère vociférateur, m'accusant d'empêcher la fermeture de la porte. Ce que j'ai fait, m'arrêtant juste pour montrer la signature de l'architecte, en bas d'un des côtés de l'entrée. Là, j'ai été prise à partie et poussée physiquement, sur le trottoir. J'ai réalisé qu'il s'agissait du même gardien qui, il y a presque 3 ans, m'avait interdit de faire des photos, comme je l'avais expliqué dans mon premier article. J'ai trouvé son comportement absolument scandaleux et totalement irrespectueux, les deux fois. Je me demande comment il est possible de donner la responsabilité de garder des lieux patrimoniaux à des personnes qui n'ont aucune idée de la valeur de ce patrimoine et qui sont grossières. 
___________________________________________________________________

En diciembre del 2011, publicaba un artículo sobre este edificio, donde decía que estaba abandonado. Luego lo vi en trabajos de renovación y, ahora, está ocupado por oficinas.
Hace dos semanas, pasé delante durante una visita guiada y, la puerta estando abierta, pude sacar una sola foto del interior, que es absolutamente magnifico.  Hasta entonces, solo había podido entreverlo a través de los vidrios de la puerta. Las paredes de la entrada están cubiertas de cerámicas florales y tiene una escalera central esplendorosa.
De inmediato, un guardia que se las da de matón, me pidió retroceder, acusándome impedir el cierre de la puerta. Lo que hice y me detuve más lejos para mostrar la firma del arquitecto a un lado.  Allí este hombre altanero me empujo físicamente hacia la acera. Comprendí que era el mismo que, casi tres años antes me había prohibido tomar fotos. Su comportamiento me pareció totalmente escandaloso e irrespetuoso, las dos veces. Me pregunto cómo es posible dejar la responsabilidad de cuidar un edificio patrimonial a semejante persona, grosera y mal educada, que no tiene idea alguna del valor histórico del lugar.  

1 commentaire:

Miquel a dit…

Completamente de acuerdo ¡
No sabía nada de este bloc, pido disculpas.
Ahora mismo me hago seguidor.
Salut