samedi 15 septembre 2012

Lucca, Toscane, Italie: architecte Daniel del Magro, Palazzo Fortuna, 1904, n° 451, Villa del Magro, n°331 Viale Giusti, 1912 et Villino del Magro, n° 198-208, Viale Cadorna, 1911

Jusqu'à il y a quelques semaines, ce que je savais de Lucques, était vague et se rattachait bien plus à une république indépendante, occupée par Napoléon 1er, qu'à l'Art Nouveau. Il a fallu qu'un de mes étudiants italiens, originaire de cette ville, la présente comme 'la ville de l'Art Nouveau", pour que je la connaisse et aie envie de la découvrir. Pourtant, en préparant mon voyage, je n'ai glané que peu d'informations sur le web. Je me demandais même si effectivement j'allais y trouver beaucoup d'exemples d'architecture "Art Nouveau", si je n'allais pas être déçue. Car il y était bien plus question de Turin ou Milan, Palerme ou encore Florence. La seule information qui me donnait espoir provenait de ce site "Terre di Lucca e di Versilia". C'est du reste leurs informations qui m'ont guidée pour tracer mes itinéraires de "paseos", aidée par Arianna, l'adorable propriétaire du B&B "Angelini" où j'ai logé, qui est allée jusqu'à m'accompagner en voiture dans le nord de la ville. Grâce aux indications de mon étudiant, j'ai également visité la petite ville balnéaire de Viareggio, un pur enchantement pour la passionnée d'Art Nouveau, de mer et de soleil que je suis et j'ai découvert en sa compagnie, quelques petites merveilles disséminées dans la vieille ville. Car la grande majorité des constructions Art Nouveau de Lucca, se trouve hors des murs de la ville médiévale, entièrement entourée de remparts. Cependant, en ville, certaines façades ou devantures de boutiques en ont quelques touches. Et les exemples sont vraiment très nombreux dans cette petite ville de même pas 100 000 habitants.
L'Art Nouveau est connu sous le nom de Liberty en Italie, du nom de Arthur Lasenby Liberty, propriétaire du magasin qui vendait les célèbres tissus d'ameublement, utilisés par de nombreux créateurs du mouvement "Arts and Crafts". Il est peu mentionné dans les ouvrages sur l'Art Nouveau et lorsqu'il l'est, c'est pour parler des exemples dans les villes mentionnées ci-dessus. En ce qui concerne Lucca, cela me semble une grande injustice, signe d'une énorme ignorance. J'ai vraiment passé des heures exquises, à découvrir d'abondants exemples d'un style bien particulier, oscillant entre Art Nouveau français ou belge, Modernisme espagnol et bien évidemment de belles influences médiévales ou renaissance très italiennes.
Sur place, j'ai eu beaucoup de mal à trouver un livre consacré au thème. Heureusement, toujours grâce à mon étudiant, j'ai découvert, le dernier soir, dans une libraire de la ville qu'il connaissait, l'ouvrage d'une historienne de l'art allemande, Ulrike Ilg, intitulé "Il liberty a Lucca: architetture committenti di primo novecento".
La construction de nombreuses villas dans le style Liberty est liée au développement économique de la ville durant el "Novecento" et au renouveau de l'industrie textile, notamment de la soie, ainsi qu'à la manufacture du tabac et l'exportation de vins locaux. Il s'agit d'une architecture "Art Nouveau" tardive, qui se développera après 1900, surtout autour de 1910 et se prolongera jusqu'à la fin des années 20. La quasi totalité des constructions se situent sur les voies et quartiers périphériques qui entourent l'ancienne cité protégée par d'imposants remparts.
Je commencerai ce nouveau paseo par les villas de Daniele del Magro, ingénieur civil lauréat du polytechnique de Turin qui a exercé pendant plusieurs années en Argentine. Il était fils de l'industriel Michele del Magro. Les édifications sont au nombre de trois, situées dans le quartier entre la gare et l'ouest de la ville.
La première est le Palazzo Fortuna dell'Agnello, au n° 451 viale Giusti, datant de 1904, c'est un édifice de facture très classique. Grand bloc rectangulaire, sans jardins, il se trouvait, au moment de sa construction, entourée par de nombreux bâtiments industriels et commerciaux. Il est situé exactement en face de la Porte Elisa, une des plus importantes de la ville et il est actuellement plus ou moins laissé à l'abandon. Je n'ai pas pu, bien sûr, en visiter l'intérieur, mais j'en ai trouvé des photos sur ce site et là, oui, le Liberty est bien plus présent sur les mosaïques du sol ou les rambardes des escaliers que sur les façades.




L'autre immeuble du même architecte, date de 1911 et est situé aux n°198-208 de la viale Cadorna, plus à l'ouest de la ville. De forme également rectangulaire, ses façades latérales présentent des décrochements et avec les principales, elles sont ornées de très belles frises céramiques.



La façade côté rue est ornée, quand à elle, par de magnifiques balcons et les fenêtre ont de très beaux encadrements.



Les céramiques qui courent le long des façades proviennent de la Manifattura Chini, de Borgo San Lorenzo. La date de la construction de l'immeuble y est inscrite sur une des plaques


d'autres portent les inscriptions "Per la pace", "Per la fede", "Per l'amore", "Per il dolore", "Per la gloria"



et ont une ornementation faite de branches d'olivier et de roses qui symboliseraient selon l'auteur du livre sur le Liberty à Lucca, la paix et le bonheur qui proviennent de la dure labeur.


La dernière, la Villa del Magro, située à proximité de la première, sur la même viale Giusti, au n°331, date de 1912 et est celle le plus dans le style Art Nouveau, notamment avec les belles ouvertures en arc de cercle et rondes de sa tourelle. La tour étant un symbole de pouvoir traditionnel en Italie. Sur les premiers plan, elle ne devait avoir que deux étages, mais finalement l'architecte a décidé d'en élever trois. Il a construit cette demeure pour lui-même.




Le reste de la construction est rectiligne, mais ici aussi des frises de céramiques animent les façades et sont oeuvre de la même manufacture de Galileo Chini. Celles du corps principal représentent un vol de canard au milieu de fleurs bleues et sont de toute beauté.



Celles de la tourelle sont plus simples et présentent un décor de petits ronds dans les tons bleus.


Les fenêtres sont surmontées du mot 'Pace' entouré de rubans et les angles ont des décors en grappes de raisins.





Hasta hace unas semanas, lo que yo sabía de Lucca, era muy poco y se relacionaba más con una república independiente, ocupada por Napoleón primero, que con el Art Nouveau. Fue gracias a uno de mis estudiantes italianos, originario de esta ciudad, que la presentó como “la ciudad de l'Art nouveau” quien me dio ganas de descubrirla y de conocerla. Sin embargo, preparando mi viaje, no encontré mucha información en la web y me pregunté si realmente iba a encontrar muchos ejemplos de este estilo, si no me iba a sentir defraudada. Había mucho más datos sobre Turin, Milan, Palermo o Florencia. La única información que me dio esperanza provenía de este sitio "Terre di e di Lucca Versilia" . Ahí encontré la información que me ayudó a trazar mi itinerario de "paseos " ayudada por Arianna, la encantadora propietaria del B & B "Angelini" donde me alojé. Inclusive, junto con su madre, me acompañó en coche al norte de la ciudad. Siguiendo las indicaciones de mi estudiante, también visité la ciudad costera de Viareggio, una pura delicia para la apasionada de arte nouveau, mar y sol que soy y también descubrí en su compañía, pequeñas maravillas del estilo, repartidas por todo el casco antiguo. porque la gran mayoría de edificios Art Nouveau de Lucca, se encuentra fuera de las murallas de la ciudad medieval, completamente amurallada. Sin embargo, en la ciudad, algunas fachadas o escaparates tienen unos detalles muy interesantes. Por lo demás los edificios “Liberty” son muy numerosos en esta ciudad, de apenas 100 000 habitantes. 
L'Art Nouveau es conocido como Liberty en Italia, llamado así por Arthur Lasenby Liberty, dueño de la famosa tienda que vendía tela de tapicería, utilizada por muchos artistas del movimiento "Arts and Crafts" . Poco mencionado en los libros de Art Nouveau, cuando lo es, es para hablar de los ejemplos en las ciudades mencionadas anteriormente. Respecto a Lucca, me parece una gran injusticia, signo de una ignorancia enorme. Me pasé horas exquisitas, descubrendo abundantes ejemplos de un estilo particular, que van desde el Art Nouveau francés y belga, al modernismo español y, por supuesto, de los estilos medieval zqy renacentistas muy italiano. 
Sobre el terreno, me costó encontrar un libro sobre el tema. Afortunadamente, una vez más gracias a mi estudiante, encontré en una librería de la ciudad que él conocía, el trabajo de una historiadora del arte alemana Ulrike Ilg, titulado "Tiene libertad Lucca architetture committenti di primo novecento". La construcción de villas de estilo Art Nouveau está relacionado con el desarrollo económico de la ciudad durante el "Novecento" y la reactivación de la industria textil, incluyendo la seda y la fabricación de tabaco, así como la exportación de vinos locales. Es una arquitectura "Art Nouveau" un poco tardiva, que se desarrollará a partir de 1900, especialmente en torno a 1910 y continuará hasta el final de los años 20. Casi todos los edificios están en la calle periferica y los suburbios que rodean la antigua ciudad protegida por imponentes murallas.
Para este paseo empiezo con las villas de Daniele del Magro, ingeniero civil, del Politécnico de Turín, que trabajó por muchos años en la Argentina. Él era hijo del industrial Michele del Magro. Sus construcciones son tres, que se encuentran en la zona comprendida entre la estación de tren y el oeste la ciudad. 
La
primera es el Palazzo Fortuna dell'Agnello en el n º 451 Viale Giusti, 1904, es un edificio muy clásico. Un bloque rectangular grande, sin jardines, que estaba, en el momento de su construcción rodeado por numerosos edificios industriales y comerciales. Está situado justo en frente de la puerta de Elisa, una de las mayores de la ciudad y está ahora más o menos abandonado. No pude, por supuesto entrar, pero he encontrado fotos en este sitio y el Liberty está mucho más presente en los mosaicos del piso o en las barandillas de la escalera que en las fachadas.
El otro edificio del mismo arquitecto fue construido en 1911 y está situado en el n º 198-208 en Viale Cadorna, al oeste de la ciudad. También es de forma rectangular, sus fachadas laterales están decoradas con bellos frisos de cerámica.
La fachada de la calle está decorada , con hermosos balcones y ventanas hermosas.
El friso de erámica que se ejecuta a lo largo de las paredes es de la Manifattura Chini , de Borgo San Lorenzo. La fecha de construcción del edificio aparece en una placa. Otras llevan las inscripciones "Per la pace", "Per la Fede", "Per amore", "Per il dolore", "Per la gloria" y la ornamentación hecha de ramas de olivo y rosas simbolizan, según el autor del libro sobre el Liberty en Lucca, la paz y la felicidad que viene del trabajo duro.
La última, la Villa del Magro, situad cerca de la primera, en la misma Giusti Viale, en el N º 331, data de 1912 y es la que corresponde mejor al estilo Art Nouveau, en especial con el arco de la ventana superior y las aberturas redondas de su torrecitaLa torre es un símbolo de poder tradicional en Italia. En el primer nivel, debía haber sólo dos plantas, pero finalmente el arquitecto decidió elevar tres. Él construyó esta casa para sí mismo.
El resto de la construcción es rectilínea, pero animada por los frisos de cerámica de la misma fábrica Galileo Chini que representan patos en vuelo en medio de bellas flores azules.
Los de la torre son más sencillos y están decorados con pequeños círculos en tonos de azul.
Las ventanas están rematadas por la palabra 'Pace' rodeada por cintas y les decoraciones de los ángulos tienen representaciones de uvas.



5 commentaires:

BLANCHE a dit…

Aaaah, ma lei non ha visto cosa c'è di fantastico a Lecce!!! Quasi quasi ne faccio un post sul mio blog!

Anonyme a dit…

Bonour,
je suis contente de vous retrouver et également de lire un article aussi intéressant.

J'aime aussi Lucca pour Puccinioù il est fort présent.

C'est vrai ce que vous dites, on parle toujours de Milan, Turin, Palerme pour le style Liberti, Stile florale.
Je suis d'ailleurs allée avec les Amis du Musée Horta à Milan.
Merci pour les très belles photos !
bon dimanche
Anne

EC a dit…

Blanche: È possibile fare un post senza problema e altri articoli venire dopo.

EC a dit…

Anne: oui, le travail et les vacances étaient les raisons de mon absence. Mais je vais me rattraper car je me suis bien promenée!
Je serai du reste à Bruxelles en novembre.
Bonne fin de dimanche.

Anonyme a dit…

Puisque vous venez à Bruxelles en novembre, ceci vous intéressera peut-être :
En cette année 2012, la façade arrière de la bâtisse du musée Charlier a été entièrement restaurée, L’exposition met en lumière les débuts de Victor Horta
Mercredi 21.11.2012 12h30
Conférencier : Françoise Aubry, conservatrice du Musée Horta
“Les restaurations au Musée Horta.
Bon séjour et belles découvertes
Anne